top of page
WNEWSLOGO.jpg

KOKOBELLI




En France, le travail de la tagua est aujourd’hui méconnu, bien qu’il ait existé et connu une certaine notoriété au début du XXème siècle, dans les fabriques de boutons en « corozo », autre nom de l’ivoire végétal.En Equateur, il recouvre au contraire tout un corps de métiers traditionnel : les «tagueros » et « tagueras » désignent aussi bien les ramasseurs-sécheurs de noix, que ceux qui les transforment, en font un premier dégrossissage, jusqu’aux plus talentueux maîtres-artisans de tagua, généralement spécialisés comme sculpteur, graveur, tourneur, teinturier…, qui collaborent entre eux.


Je suis une Taguera !



https://wnews.agency


(c) PH RECLUS | WNEWS

1 vue

Auteur : Philippe RECLUS
Communication digitale



Association WEBNEWS
Siret : 811 145 473 000 1333602


#wnews #blog #référencement #social #media

bottom of page